Tout savoir sur le métro de Bruxelles

Bien que son réseau ne soit pas le plus complet, il est vrai que le métro de Bruxelles permet de se rendre à la plupart des points d’intérêt de la ville.

Bien qu’il s’agisse de l’un des métros les plus modernes d’Europe, le métro de Bruxelles est très limité et semble plus vieux qu’il ne l’est en réalité. La portée du métro laisse parfois à désirer, car il ne dessert pas de nombreux quartiers de la ville.

Histoire

Le métro de Bruxelles n’a réellement commencé à fonctionner que dans les années 1970.

Pourtant, inspirés par les modèles français et londonien, les ingénieurs belges envisageaient dès 1892 une telle structure au cœur de la ville, dessinant et soumettant des projets fortement soutenus par le roi Léopold II, personnage moderne et visionnaire, connu pour son goût de la construction et ses idées architecturales particulières. Ainsi, pendant près d’un siècle, les plans de réseaux souterrains, leurs extensions et les études de faisabilité ont été élaborés sans grand enthousiasme de la part du grand public, qui ne voit que les inconvénients de la construction en ville.

Un premier tracé a été testé dans les années 1950 à partir de la gare du Midi. Les travaux principaux du rond-point Schuman n’ont cependant commencé qu’en 1965. Ouverte en 1969 comme ligne pré-métro avec des tramways circulant entre les stations Schuman et De Brouckère, la ligne 1 est la plus ancienne des lignes. Le pré-métro est la particularité de Bruxelles, il s’agit en fait de lignes conçues comme des lignes de métro, mais initialement exploitées par des tramways circulant ailleurs en surface, en attendant d’atteindre une longueur justifiant leur exploitation en tant que métro lourd. C’est ainsi que les tronçons centraux des deux lignes de métro existantes ont d’abord été utilisés comme lignes de pré-métro. Cette approche coûteuse, privilégiée dans les années 1970, semble avoir été abandonnée depuis longtemps au profit de l’extension des lignes de métro existantes et de l’achèvement de la ligne 2 avant leur redéploiement. La première ligne du métro bruxellois a été inaugurée par le roi Baudouin en 1976, après 11 ans de planification et de construction. Depuis lors, les Bruxellois ont appris à apprécier les joies du métro. En raison des tensions avec l’Union soviétique dans les années 1960, le gouvernement belge a transformé deux stations en abris nucléaires. Cela démontre l’intérêt pour la ville et ses habitants de disposer de leur propre espace souterrain leur permettant de circuler librement et, surtout, à l’abri ! Ces installations sont toujours là, mais elles ont été cachées aux yeux du public pour détendre l’atmosphère.

Depuis, le métro de Bruxelles s’est transformé en galerie d’art, permettant aux passagers de découvrir les expositions tout en voyageant dans le métro, qui fait office de musée d’art moderne en soi. Quarante stations ont été brillamment décorées par d’éminents peintres belges et plus de 80 œuvres d’art donnent aux quais et aux couloirs un cachet particulier. Peintures, sculptures, photos, claustras, vitraux, et tous les matériaux sont représentés, de la toile au bronze, et du bois au verre et à l’acier. La musique est également présente dans les lieux contrôlés par la Stib, la société en charge des réseaux de métro et de transport de la ville. Le réseau de métro de Bruxelles est divisé en deux lignes de métro, ainsi que des lignes de pré-métro et quelques sections souterraines plus courtes desservies par des tramways.

Un mode de transport moderne qui a suscité des débats, mais qui a permis à la ville et à ses environs de résoudre les problèmes de circulation, d’embouteillages et de congestion auxquels la ville, qui a connu une importante croissance démographique, a été confrontée.

Lignes 

On pense que le métro de Bruxelles est composé de six lignes, alors qu’il est en fait composé de quatre lignes de métro et de deux lignes de métro léger (qui sont similaires à un tramway).

Dans la partie la plus centrale de Bruxelles, toutes les lignes vont de l’une à l’autre, ce qui signifie qu’il n’y a que 3 lignes, ce qui est très souvent insuffisant.

Les lignes 1 et 5 de Bruxelles vont d’est en ouest. Elles sont pratiques si vous voulez vous rendre au Parc de Bruxelles et au Palais du Cinquantenaire.

Les lignes 2 et 6 sont rondes. La ligne 6 se rend au Brupark, où se trouvent l’Atomium et Mini Europe.

Lignes 3 et 4 : Elles traversent la ville du nord au sud et sont utiles si vous voulez vous déplacer entre la Gare du Midi et le centre ville.

Horaires et fréquence

Le métro de Bruxelles fonctionne entre 05h30 et 00h00. Le métro ouvre à 06h00 les samedis, dimanches et jours fériés. Certaines lignes, comme les lignes 3 et 4, fonctionnent tous les jours à partir de 05h00.

La fréquence du service varie entre 6 et 10 minutes pendant les heures normales. Jusqu’à 06:00 et après 23:00, la fréquence passe à 20 minutes. Prendre une ligne ou une autre revient généralement au même, l’avantage est que vous pouvez gagner du temps en fonction de la fréquence de passage.

Vous pouvez consulter les horaires de chaque ligne sur le site web de la compagnie de transport :

http://www.stib.be/?_ga=2.219762585.186111056.1645722198-2036847500.1645722170

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.